Leica
Nick Út
Un monstre sacré du photo-journalisme

Un monstre sacré du photo-journalisme: Nick Út. Il a pris une des plus célèbres photos de guerre de tous les temps en 1972. La guerre du Vietnam a forgé son destin. Elle l'a changé et a marqué sa vie de façon décisive.

«Il est une véritable icône de la photographie pour toujours.»

Horst Fass au sujet de la célèbre photographie de Nick Út.

 

Pour Nick Út...

... le Vietnam a été une deuxième patrie. C'est dans ce pays que s'est déroulé un conflit qui allait dominer les gros titres dans les années 1960, qui allait entrer dans l'histoire comme première guerre médiatique de tous les temps.
Quand Nick Út, de son vrai nom Huynh Cong Út, rencontra Horst Faas en 1966, il n'avait que 16 ans. Son grand frère, Huynh Thanh My, venait de mourir comme photographe au service de l'Associated Press (AP). A 18 ans, Nick Út était un photographe confirmé et plus rien ne pouvait l'empêcher de partir en guerre. Il recherchait de plus en plus souvent des endroits où on pouvait prendre de bonnes photos.

 

Ce matin du 8 juin 1972, Ut et son chauffeur se mirent en route pour rejoindre une petite ville du nom de Trag Bang, où le Vietcong avait bloqué la route nationale 1. L'attente tendue prit fin de façon abrupte quand des avions de combat sud-vietnamiens apparurent à l'horizon et qu'ils larguèrent quatre fûts de napalm directement au-dessus de la ville. Quelques minutes plus tard, les premiers fugitifs de Trag Bang courent en direction des reporters. Il y a d'abord une vieille femme portant un bébé mourant dans ses bras. Vient ensuite un groupe d'enfants hurlants, parmi lesquels figure Kim Phuc, âgée de 9 ans, entièrement nue et brûlée par le napalm. Nick appuie automatiquement et sans discontinuer sur le déclencheur de son Leica M2. Tout va très vite et, ensuite, le reporter s'occupe de l'enfant grièvement blessé.

Le lendemain, cette photo fait la une de nombreux journaux. Bien que les Américains soient en train de se replier et que l'intérêt médiatique porté à la guerre du Vietnam diminue, cette photo provoque l'effroi. Elle a contribué à renforcer le mouvement pacifiste. Nick Út reçoit le prix Pulitzer et devient une star du jour au lendemain.

Kim Phuc vit maintenant au Canada et elle s'est liée d'amitié avec Nick Út. Ils se voient régulièrement dans tous les endroits possibles et imaginables du monde entier, elle en tant qu'ambassadrice des Nations Unies et lui en tant que célèbre reporteur photo.

 

Pour Horst Faas...

... le Vietnam a été le centre géographique et le point fort d'une carrière exceptionnelle. Il a travaillé comme reporter photo pour l'agence Associated Press (AP) depuis 1956 et il avait déjà publié des reportages sur les guerres d'Algérie et du Congo. Pour prendre des photos, qui font partie de la mémoire photographique collective, il s'est rendu à de multiples reprises dans la jungle, a pris l'hélicoptère ou des vedettes. Il a reçu le prix Pulitzer en 1965 pour ses reportages courageux.

Plus tard, la photo de Nick Út avec les enfants en fuite devient une icône des reportages de guerre grâce à l'engagement de Faas. Outre ses activités professionnelles pour l'AP, Faas s'est penché sur le destin des collègues tombés pendant la guerre du Vietnam. Avec Tim Page, il leur a consacré l'exposition «Requiem» au milieu des années 1990. En 2005, Faas a reçu le prix Salomon de la DGPh. Horst Faas est décédé le 11 mai 2012 à Munich.

Pendant la remise du Leica Hall of Fame Award à Nick Út à l'occasion de la Photokina 2012, Horst Faas a reçu une mention honorable à titre posthume.